Les Maisons de Quartier de Romans sur Isère

La Coopération

  • Présentation de la Coopération

    logo coopeCoopérer, c’est « prendre part, concourir à une œuvre commune ». Depuis 3 ans, les maisons de quartiers sont entrées dans une période de mutations et ont été « poussées » à se réunir. Au fil des mois, et grâce à l’implication des habitants, des membres des conseils d’administration et des professionnels, la Coopération entre les 3 maisons de quartiers s’est structurée, jusqu’à former un acteur collectif.

    20180103 agora9nov17En créant un projet commun, (socle commun d'existence et thématiques définies), les 3 maisons s’inscrivent dans une Coopération entre 3 lieux. Aujourd’hui, nos 3 associations sont fières d’avoir co-construit une démarche commune « au fil des quartiers » et de donner vie à un projet commun de coopération territoriale. Le socle commun d'existence, c'est l'affirmation de ce que nous sommes : des valeurs communes, des principes d'action – l'éducation populaire, la transmission culturelle et le développement durable – des fonctions supports, des postures d''accompagnement et des modalités d'intervention communes.

    Une maquette représentant le socle commun a été conçu afin de présenter ce socle. 

    20180112presentationcoopemaquette9
    20180112presentationcoopemaquette1
    20180112presentationcoopemaquette3
    20180112presentationcoopemaquette4
    20180112presentationcoopemaquette10
    20180112presentationcoopemaquette5
    20180112presentationcoopemaquette6
    20180112presentationcoopemaquette8
    20180112presentationcoopemaquette7
    20180112presentationcoopemaquette9 20180112presentationcoopemaquette1 20180112presentationcoopemaquette3 20180112presentationcoopemaquette4 20180112presentationcoopemaquette10 20180112presentationcoopemaquette5 20180112presentationcoopemaquette6 20180112presentationcoopemaquette8 20180112presentationcoopemaquette7

    camembert C3

    Coopérer, pour quoi faire ?

    La Coopération entre les 3 maisons poursuit différents objectifs (ARBRE à OBJECTIFS ICI) qui bénéficient aux maisons elles-mêmes, et aux habitants du territoire romanais. Concrètement, la Coopération, c’est notamment…

    • De nouvelles actions communes et un accès des habitants aux activités des 3 maisons,
    • Une identité affirmée et une meilleure visibilité à l’échelle du territoire (site internet, journal, émission de radio hebdomadaire…)
    • Une réflexion commune sur des sujets transversaux, qui s’imbrique aux projets de centres sociaux des 3 maisons.
    • Des modes de travail plus coopératifs, innovants et solidaires pour les équipes de salariés et de bénévoles.

    Ce nouvel élan est un moyen d’amplifier les actions en proximité et la cohésion dans les actions menées sur l’ensemble à vivre. C’est l’occasion pour nos 3 associations de rattacher le projet associatif de chacune à celle du territoire de vie Romanais. De plus, la prise en compte de la dimension territoriale apparait aujourd’hui comme nécessaire pour mesurer et apprécier la portée réelle des mesures adoptées à la spécificité de chaque quartier sur une ville. L’action devient consistante.

    Le projet commun (état des lieux de novembre 2017 à l'AGORA) prend sens dans l’engagement de nos 3 maisons dans la proximité à cette construction territoriale partagée. Ainsi, certains projets tels que le passeport culture sont déjà mis en place dans nos maisons, d’autres vont s’agencer, se compléter, se créer.

    Aujourd’hui, la Coopération c’est …

    • 3 agréments « centre sociaux » pour les 3 associations.
    • Gouvernance dynamique: plus de 80 bénévoles engagés durablement dans les CA et les groupes projets.
    • 24 salariés permanents. Une organisation basée sur les compétences et des mandats, favorisant la mobilité et la représentation
    • 3 quartiers clés : 2 équipements au cœur des quartiers prioritaires et 1 sur un quartier résidentiel en développement.
    • Une gestion des équipements et un accueil de plus de 90 associations locales.
    • Des outils de communication communs (1 plaquette, 1 journal, etc.)
    • Fin 2017, l'Accorderie de Romans rejoint la Coopération... à suivre !

    .

     

  • Utilité sociale

    Après 3 ans de travail coopératif entre les 3 maisons, ces dernières ont décidé de se lancer dans une démarche de mesure de l’utilité sociale de la Coopération.

    « Utilité sociale » … De quoi parle-t-on ?

    L’utilité sociale de la Coopération entre nos 3 maisons, c’est l’ensemble des conséquences qu’a cette coopération sur les habitants et, de manière plus large, sur le territoire. L’utilité sociale est donc la raison d’être de la Coopération, c’est-à-dire ce à quoi elle sert concrètement, que ce soit pour les habitants, les bénévoles, les salariés, ou encore les partenaires.

    A quoi ça sert de mesurer l’utilité sociale ?

    Aujourd’hui, la simple mesure du rendement financier ou le bilan d’action ne semblent plus satisfaisants pour mesurer l’impact qu’ont les différents acteurs, et notamment les centres sociaux, sur l’environnement dans lequel ils agissent. La mesure de l’impact social (parfois appelé rendement social, utilité sociale, ou encore investissement social) est une méthode qui s’impose depuis quelques années, afin de mieux rendre compte de ce que produise les acteurs sur le territoire dans lequel ils évoluent.

    La Coopération entre 3 lieux a décidé de se lancer dans une démarche de mesure de son utilité sociale pour plusieurs raisons.

    • Une coopération entre maisons de quartiers, basée sur le volontarisme et le travail coopératif, est une forme de travail très novatrice pour des centres sociaux. Evaluer l’impact social de cette coopération permet donc de s’interroger sur le sens du travail mené depuis 3 ans.
    • Evaluer, c’est également produire de la connaissance afin de savoir ce que provoque la Coopération sur …

    Les habitants et le territoire : Qu’est ce que change la Coopération pour les habitants ? Mais aussi pour les autres acteurs du territoire ?

    Les équipes (salariées et bénévoles) des maisons de quartiers : Que produisent nos modes de travail plus innovants, coopératifs et solidaires ?

    • Le travail d’évaluation permet également d’ouvrir le dialogue aux parties prenantes de la Coopération, tout en rendant davantage visible notre action.

    La Coopération entre les 3 maisons, « à quoi ça sert ? »

    L’évaluation est un temps d’ouverture du dialogue avec comme question de départ : « A quoi ça sert de coopérer ? ». Afin de répondre à cette question, 6 dimensions ont été définies au cours d’un travail collectif de définition. Pour les mesurer, un travail de terrain (questionnaires, entretiens, ateliers...) est réalisé, en impliquant les différents acteurs qui gravitent autour de la Coopération (les salariés, les administrateurs, les habitants, les partenaires).

     

    Contact : Lila Chaloyard - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    LIRE LE RAPPORT

     Fleur vierge

  • Animer dans l'espace public

    L'AGORA a été confectionnée lors du "fil des quartiers" (démarche de renouvellement des 3 projets associatifs et naissance du socle commun d'existence de la Coopération) pour animer 16 rencontres dans l'espace public. L'idée étant d'aller à la rencontre sur les lieux de vie et interpeller les habitants sur des thèmes en fonction du lieu : le logement devant la CAF, l'éducation à côté d'une aire de jeux, numérique sur le parvis de la Médiathèque...La création de ce mobilier nous permet de nous installer rapidement dans l'espace public (sans autorisation préalbale, le mobilier ne dépassant pas 80 cm) et d'être identifié par les habitants ("ah, ça, ce sont les maisons de quartier"). 

    Un disposition d'animation a été mis en place avec des animateurs de séance et des animateurs que nous avons nommé "papillons" qui permettent de proposer aux passants d'intégrer le débat. La méthodo complète à venir ici... à suivre donc

    20180112coopeagora
    20180112coopeagora5
    20180112coopeagora4
    20180112coopeagora3
    20180112coopeagora2

  • Charte écostructure

    Engager la démarche du de développement durable et la protection de l'environnement

    comme un des 3 principes de nos projets associatifs

    20180112 coope ecostructure cled12 

    « Il y a suffisamment de ressources pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun ». Rappelant cette célèbre citation du Ghandi, nous nous posons la question suivante : comment les Hommes peuvent-ils cohabiter avec la misère quand on sait qu’ils produisent suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins primaires de l’ensemble de la planète ? Patrick Viveret.

    CHARTE ECO-STRUCTURE commune aux 3 maisons de quartiers

     Des projets adaptés

    • Activer les pédagogies qui sensibilisent les mineurs au respect de l’environnement (projet éducatif, projet pédagogique et projet d’activités)
    • Former et développer la pratique de la constitution de repas, de choix des aliments pour les accueils de loisirs auprès des mineurs et de l’ensemble des actions des maisons de quartiers
    • Participer à l'accompagnement social du changement de comportement envers les habitants du territoire pour la citoyenneté.
    • Favoriser le transport collectif, mutualisé, l'utilisation de transports doux dans les déplacements des adhérents aux actions des structures partenaires
    • Rendre visible et lisible son action auprès de ses adhérents, publics, partenaires, collaborateurs,...
    • Favoriser l’utilisation, fabrication à partir de matériaux récupérés
    • Permettre aux associations utilisatrices des locaux de respecter la charte

     En interne, dans leurs gestes quotidiens les équipes s’orientent vers un comportement citoyen et responsable :

    • Former et informer l'ensemble de son personnel « volontaire », permanent, intervenant pour l'inciter à développer des pratiques professionnelles, d'encadrement d'activités respectueuses du développement durable.
    • Instaurer le tri sélectif des déchets dans l'ensemble de ses locaux.
    • Favoriser le transport collectif, mutualisé, l'utilisation de transports doux dans les déplacements professionnels et des adhérents aux actions de la structure.
    • Penser et proposer un ré-aménagement des locaux, des équipements dans un souci de « haute qualité environnementale et sociale du travailleur ».
    • Signaler tout dysfonctionnement d’énergie : fuite d’eau, problème de chaleur,…
    • Limiter l'utilisation abusive du papier en imprimant de préférence, en recto-verso, sur du brouillon, du papier recyclé, en n'imprimant pas « forcément » les courriels, limitant les documents papier de présentation des actions mis à disposition du public.
    • Ne plus utiliser de vaisselle ou de matériel jetable plastique. Développer le compostable, le réutilisable, le durable.
    • Favoriser l'information, la sensibilisation aux économies de « flux » dans les locaux, équipements, camps, séjours..... Eau, électricité, chaleur,...
    • Les PC et appareils électriques sont éteints une fois leur utilisation terminée
    • Chacun veille à l’extinction des lumières lorsqu’il sort d’une salle

     Acheter responsable (consommables et fournitures)

    • Une sélection de fournisseurs de proximité et respectueux de l’environnement au moindre coût global : nous privilégierions à chaque fois que cela sera possible les achats les produits bios, locaux, non emballés et les moins impactant toxiquement.
    • Choisir des fournisseurs en fonction de leur éthique environnementale dans la limite d'un coût supportable.
    • Les produits d’entretiens bénéficiant d’un éco label seront utilisés prioritairement
    • L’utilisation des produits jetables est maitrisée